Forum des BTS Assistante de gestion

Si vous vous sentez perdu dans votre BTS assistante de gestion, que vous soyez en premiére ou en deuxième, nous sommes là pour vous aider dans vos cours, votre vie de classe, vos CPAP ou toutes autres choses !!!
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 les cours d'économie général deuxiéme chapitre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 13/10/2007
Age : 32
Localisation : toulon

MessageSujet: les cours d'économie général deuxiéme chapitre   Sam 20 Oct - 14:15

II Les fonctions économiques:

A La production:

C'est un processus de création de bien et de service en combinant des facteurs de production. Il y en a trois: le capital, le travail et les ressources naturelles.
La production se compose d'une production marchande et non marchande. La production marchande comprend les biens et services échangeaient sur le marché à un prix couvrant au minimum leurs coûts de production. Elle est constituée d'un secteur privé marchand (toutes les entreprises privées quelques soient leurs formes). La production marchande est également constituée d'un secteur public marchand. L'état intervient. La production non marchande, par convention il n'existe pas de bien non marchand. Il n'existe que des services non marchands. Il s'agit d'une production de service fournit gratuitement ou quasi-gratuitement par des administrations publiques et privées.
a les agrégats de la production:
La valeur ajouté c'est la richesse crée par l'entreprise.
Pour calculer:
VA= Prod.- Conso. Intermédiaire ou en compta VA= chiffre d'affaire – Charges externe.

L'intérêt de cette notion Valeur Ajouté c'est que l'on mesure la richesse crée par une entreprise mais aussi la richesse crée par la nation. La somme des valeurs ajoutées constituent le P.I.B.
P.I.B = somme des VA + TVA + droit de douane sur les produits importés – subvention à l'exportation.

La variation du P.I.B d'une année sur l'autre est appelée croissance économique quand elle est positive.
La France = 2,4 % de taux de croissance du P.I.B pour 2006.
Les autres agrégats utilisés en macro-économie:
Le P.N.B qui correspond à la production nationale c'est à dire la production réalisé en France ou à l'étranger par les facteurs de production fournit par les résidents.
P.N.B = P.I.B + revenu perçu du reste du monde – revenu versé au reste du monde.

Le revenu national correspond à la somme des revenus primaires perçut par les agents économiques.
R.N= P.N.B – consommation de capital fixe (amortissement) – les impôts liés à la production et l'importation versé aux institutions communautaires (l'UE).

La demande finale intérieure: la consommation qu'on a dans le pays.
D.F= consommation finales des ménages + FBCF + variation de stock (V.S).

FBCF: valeur des biens durables acquis par une entreprise pour être utilisé pendant au moins un an.
V.S= stock initial – stock final.

b Le facteur Travail:
1 Aspect Quantitatif:
Il est constitué de la population active. La population active est composée des personnes en âges de travailler ayant un emploi ou en recherche de travail. Les membres du clergé font partie de la population active. La population active a fortement augmentée pendant les trente glorieuses et les vingt dernières à cause du baby boom. A partir de 68, la population active explose avec l'arrivée des babys boomers et les émigrés et la féminisation du travail. Cette population active doit baisser avec l'arrivée du papy boom qui va s'étendre sur plusieurs années. Sur le marché du travail il y a rencontre entre offre et demande de travail. L'offre de travail est constituée de la pop active et les demandeurs sont les entreprises.
Le volume de la population active a augmenté grâce aux femmes et à l'immigration. L'aspect quantitatif est influencé par le temps de travail. En 1936 on a limité pour la première fois le temps de travail à 40h par semaine. Réduction de durée légale du travail sur la vie, allongement de la durée d'études, et augmentations des jours fériés et des congés payés.
2 Aspect qualitatif:
On constat une évolution des compétences et qualifications. La précarité s'accroît pour plusieurs raisons:
La crise économique, concurrence internationale, extranational et déréglementation (supprimer ou réduire les rigidités du droit de travail, ex: CNE), la précarité s'accroît du fait d'une flexibilité dans la gestion des salariés.
3 La productivité:

Productivité du travail: Quantité produite / quantité de travail .

On peut calculer en volume ou en valeur. Cet indicateur permet de mesurer l'efficacité de travail et d'établir des comparaisons dans le temps et entre entreprises. Les écarts de productivités entre entreprise expliquent les écarts de coûts et de prix. La productivité conditionne la compétitivité des entreprises. L'objectif de l'entreprise est de réaliser des gains de productivités.
Les moyens de faire de la productivité:
    - Limiter la production
    - Réduire les effectifs
    - Intégrer plus de flexibilité
    - Intégrer du capital technique
    - En augmentant les compétences

4 Le facteur capital:
Au niveau de l'entreprise (micro-économie) il y a un sens comptable c'est l'apport financier ou matériel des associés
Capital technique = outil de production (machines, terrains….)
Au sens macro-économie (nation) on parle de capital financier il s'agit de l'ensemble des actifs financiers émis par les entreprises et les administrations (actions, obligations, bon du trésors).Le capital fixe constitué de l'ensemble des biens d'équipement qu'ils soient individuels ou collectifs. La production du capital est calculée de la manière suivante:
Productivité du capital= quantité produite/ quantité du capital.
Lorsqu'on fait un investissement de capital en entreprise cela permet des gains de productivité sur le facteur travail. L'investissement qui est l'opération économique qui permet l'accroissement ou le renouvellement du capital.
Il y a trois types d'investissement:
    - Investissement de capacité à investir car accroissement de la demande
    - Renouvellement
    - Modernisation

Les investissements peuvent être matériels et immatériels
Les investissements immatériels:
    - Recherche, développement
    - Formation (personnel)
    - Marketing, publicité, communication
    - Acquisitions logicielles, marques…

Un investissement est une anticipation du marché (indicateur macro-économique).
Les taux d'intérêts (autres facteurs d'investissements) vont réduire le coût d'investissement ce qui rentabilise encore plus
    - la concurrence
    - le progrès technique: c'est l'innovation au sens nouveau produit mais aussi des procédés et de l'organisation de la production.

Le progrès technique est l'élément pour déterminer l'essentiel de l'investissement capital car il accroît directement les gains de productivité. Le progrès techniques est à l'origine de la consommation de masse et de la production (30 glorieuses)
Le progrès technique baisse les coûts de production ce qui entraîne une baisse des prix de vente, ce qui accroît les parts du marché donc plus de capacité à investir de nouveaux
Le progrès techniques est à l'origine de perte d'emplois on peut alors substituer le capital travail
Le progrès technique est créateur d'emplois pour deux raisons:
C'est ce qu'on appelle la théorie du déversements, détruis des emplois pour en créer d'autres. Ce qui explique que malgré la population active, le taux du chômage reste à environ 10 %. Cette théorie du déversement nécessite une grande mobilité du temps du facteur travail
5 Le système productif:
Les entreprises sont classées par branches et secteur par l'INSEE. Le code NAF ou APE détermine l'activité principale de l'entreprise et à une incidence sur la convention collective. L'activité principale s'appel le secteur d'activité, une entreprise peut appartenir à un secteur mais à plusieurs branches. Colin CLARK (1905/1985) a inventé un système de classification en 3 secteurs: Primaire, secondaire et tertiaire.
    - Primaire : Agriculture, pêche et sylviculture
    - Secondaire: Industrie et BTP
    - Tertiaire: Commerce, services marchands et non marchands.

Dans le secteur primaire il y a une baisse fulgurante dans la part du PIB.
Le secteur secondaire a augmenté grâce aux révolutions industrielles et a baissé après les chocs pétroliers dans sa part du P.I.B. A partir des années 80 ce secteur a eu de la concurrence et la mondialisation. Ex: Sidérurgie et textile
Dans le secteur tertiaire forte augmentation et hausse continue. Beaucoup d'activités sont classées dans ce secteur. Il est nuancé au niveau de la productivité, flexibilité. Beaucoup d'activités qualifiées.
Nos activités sont classées en secteurs privés et publics, l'état fait de la production marchande et non marchande. Les deux périodes où l'état a développé son " marché", les confiscations après la seconde guerre mondiale et la nationalisation. A partir de 1986 l'état s'est désengagé et a privatiser les entreprises. L'état s'est presque désengagé de la production marchande.
L'état de moins en moins interventionniste d'un point de vue économique. Il se recentre sur certaines activités: justice, sécurité………… (Régaliennes). Régalienne : pouvoir attaché à la couronne.
On constate également que notre système productif subit une vague de concentration (réalisation d'une part croissante de la production par un nombre décroissant d'entreprise dont la taille est de plus en plus grande).Les moyens de cette concentration: le rachat, fusion…
Ex: Mital Arselor
Il y a des fusions, absorption avec une OPA (offre publique d'achat)
Il s'agit de proposer une offre d'achat à tous les actionnaires pour racheter les actions de l'entreprise à un prix qui est supérieurs au prix du cour de la bourse. L'objectif étant de prendre le contrôle de l'entreprise.
Les raisons de la concentration:
    - baisser les coûts de production : économie d'échelle (réduit coût de production en augmentant le volume)
    - augmenter le marché : être sur le marché européen et passer au marché mondial
    - se retourner un avantage de domination dans sa filière: fournisseur, approvisionnement (amont) et distribution (aval)

Le système productif s'est internationalisé, la concentration lui permet d'autant mieux mais on a aussi assisté à une déréglementation au travers d'organisme comme l'OMC.
B Le revenu:
1 Les revenus primaires:
Ce sont ceux qui sont versés en contrepartie à la participation au processus de production. La richesse crée est répartie entre les différents agents économiques.
a revenu primaire des ménages:

Les ménages perçoivent en tant qu'apporteur de facteur travail, un salaire. Ils perçoivent également des revenus de propriétés appelés également capital:
    - Les intérêts
    - Les dividendes
    - Les loyers

b revenu primaire des administrations publics:Tout les impôts liés à la production:
    - les droits de douanes
    - La TIPP
    - La TVA

c revenu primaire des entreprises:
Il s'obtient a partir de la VA après paiement des salaires, des dividendes et des impôts sur la production. Les libéraux et les Keynésiens s'opposent.
Les libéraux considèrent qu'une répartitions de la VA doit permettrent de favoriser l'investissement dans les entreprises dans le but de créer des richesses et des emplois ainsi des prélèvements trop important baisse le volume d'épargne et des ressources disponibles pour les investisseurs.
Les keynésiens mettent en évidence les enjeux d'ordre macro-économique. Il s'agit de maintenir la production et la croissance économique, une hausse des salaires supérieurs aux gains de production engendre l'inflation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://germaine13.skyblog.com
Admin
Admin
Admin
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 13/10/2007
Age : 32
Localisation : toulon

MessageSujet: LA SUITE   Sam 20 Oct - 14:16

d la formation des revenus primaires:
Les salaires se forment sur le marché du travail. Les demandeurs de travail sont les entreprises et l'offre de travail provient de la population active. Le salaire est la confrontation entre l'offre et la demande. Depuis une vingtaine d'année de nombreuses théories essaient d'expliquer le niveau de salaire.
Première théorie: Le salaire efficience
La productivité du travail est une fonction croissante du salaire. Lorsque les salaires sont hauts, ça attire les meilleurs candidats et permet d'éviter la démotivation et le départ des meilleurs éléments.
Deuxième théorie: La théorie de la segmentation du marché du travail
Sur le marché externe, le salaire est fixé en fonction de la théorie de l'offre/ demande. La main d'œuvre est soumise aux aléas de la conjoncture économique.
Sur le marché interne, les salariés sont moins nombreux, ils bénéficient de meilleures conditions de travail, les entreprises cherchent à les fidéliser.
Troisième théorie: le contrat implicite:
Les salariés et les employeurs fixent tacitement une close de stabilité du salaire dans le temps. Cette théorie explique que les salaires restent relativement rigide en acceptant de percevoir moins que la productivité, le salarié se protège contre le risque de récession.
e la formation des profits:
D'après Schumpeter, le profit est justifié par les innovations réussies du capitalisme. Pour Knight le profit est la contrepartie de la rémunération du risque. Le profit est la différence du patrimoine. Pour Marx le profit provient de l'appropriation par le capitalisme de la force de travail des salariés. Le salarié crée plus de Valeur Marchande qu'il ne coûte à son employeur. Le capitalisme confisque la différence, c'est le profit.
2 Constat des inégalités:
Il y a des inégalités de salaires, elles sont dues pour des raisons individuelles (qualification, l'âge, le sexe) ou collective (branche d'activité, la taille de l'entreprise et la région). Il y a des inégalités de patrimoine. Il est constitué d'actif réel (maison, voiture) et d'actif financier (action, obligation, prêt). Il est également constitué des dettes. Il y a des inégalités sociales (la maladie), des inégalités de patrimoine culturel. Elles peuvent générer l'exclusion. La pauvreté = notion quantitative : - 50% du salaire moyen du pays. Le sentiment de pauvreté: ne pas avoir la capacité de satisfaire ses besoins. Depuis que le chômage de masse c'est installé auquel c'est ajouté la précarité, l'exclusion touche un nombre de plus en plus important de personne. Ce qui mène à l'exclusion:
Chômage baisse du revenu ne permet plus de couvrir ses besoins perte du lien social perte du logement exclusion
En France la précarité qui c'est accrue a fait apparaître une nouvelle catégorie de " pauvre" : les travailleurs pauvres (des travailleurs qui travaillent et qui n'ont pas de logement)
3 La redistribution : les revenus de transfert:
Les solidarités traditionnelles ont été remplacées par un mécanisme redistributif de grandes ampleurs. Ce mécanisme représente aujourd'hui dans le revenu disponible des ménages: 1/3 de celui-ci.
Revenu disponible = revenu primaire – impôt et charges sociales + prestations sociales
Le débat sur la légitimité du système redistributif oppose les libéraux et les Keynésiens.
Approche Keynésienne: Le marché est imparfait, le secteur privé n'est pas apte. Ex : l'enseignement. S'il était pris en charge par des entreprises privées, il ne s'adresserait qu'à une certaine partie de la population.
Approche des libéraux: La redistribution suppose des prélèvements obligatoire qui peuvent décourager l'épargne et l'effort (cf.: débat sur l'ISF).
Arthur LAFFER =



" L'impôt tue l'impôt ". Ca freine la baisse du chômage. C'est George Stigler qui a développé cette théorie.

Les transferts sociaux contribuent à éviter une marginalisation trop importante et maintien une cohésion sociale dans la société. Les transferts sociaux évitent une baisse trop forte de la demande des ménages en période de récession et permet la régulation de l'activité économique.
Les objectifs que l'on se fixe:
Le système redistributif qui c'est développé en France après la seconde guerre mondiale.
Les 4 grands objectifs:
    - rendre obligatoire pour chaque travailleurs son assurance sociale (la maladie, accident du travail et chômage), ça permet d'avoir des revenus de remplacements.
    - Reporter les ressources dans les temps : la retraite
    - Corriger les inégalités de revenu: c'est la redistribution horizontale. Ca a pour but de continuer à soutenir la consommation et éviter l'exclusion.
    - Mettre à la disposition de tous des services collectifs sans obstacles financiers majeurs.

Le système redistributif est fondé donc sur des prélèvements obligatoires qui donnent lieux aux versements de prestation.
Les prélèvements obligatoires représentent 47% du P.I.B .Ils sont divisé en prélèvements sociaux et en prélèvements fiscaux.
Prélèvements sociaux:
Les cotisations sociales sont assises sur les salaires, une partie payée par l'employeur et une partie par le salarié. L'ensemble de ces cotisations est reversé à des organismes sociaux.
Prélèvements fiscaux:
Ils sont votés chaque année avec le budget de l'Etat. Les Impôts indirect sont payés par tout le monde. Les Impôts indirect ne sont pas liés au revenu. (/Ex: la T.V.A). Les Impôts direct ont pour assiette les revenus ou le patrimoine (ISF). Quand il y a des exonérations des cotisations sociales c'est l'Impôt qui paye donc c'est l'Etat.
Les différents types de prestation:
    - Prestation de vieillesse : retraite, minimum vieillesse, retraite complémentaire.
    - Prestation familiale : politique nataliste qui aide à la natalité.
    - Prestation chômage : R.M.I, R.M.A, allocation adulte handicapé
    - Prestation santé: c'est l'Hospital qui touche la totalité. Les prestations en nature donc les soins et les prestations en espèces qui sont versées pour compenser les pertes de rémunération.

Notre système redistributif est aujourd'hui dans une impasse financière due au ralentissement de la croissance économique donc hausse des dépenses sociales, hausse du déficit des comptes sociaux et accroissement de la dette public.
La solution:
    - baisse de la redistribution
    - responsabilisation des assurés sociaux
    - élargissement de l'assiette
    - hausse des prélèvements

C La consommation et l'épargne:
[b]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://germaine13.skyblog.com
 
les cours d'économie général deuxiéme chapitre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cours d'économie publique et politique économique
» perte de cours , aide svp
» cours d'économie publique
» Recherche cours désespérement...
» masters en économie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des BTS Assistante de gestion :: matiéres :: matiére générale :: economie-
Sauter vers: